Epopée guerrière

112661012Ecoutez nos défaites Laurent Gaudé
Actes Sud 2016❤️❤️❤️❤️❤️

Quand j’ouvre un livre de Laurent Gaudé, j’ai toujours en mémoire « la mort du roi Tsongor » découvert par hasard sur le bureau de collégienne de ma fille. Un grand moment de lecture.
Écoutez nos défaites est de la même veine…Épique.
Laurent Gaudé nous transporte dans le fracas des guerres, à travers le monde et le temps, pour servir son propos. La violence de la guerre n’engendre que des vaincus même quand la cause est noble.
Quatre histoires s’entremêlent au fil des pages (pas toujours évident de suivre).
Quatre hommes : un agent des services secrets français désabusé, le général Grant, Hailé Sélassié et Hannibal. Et puis une femme qui se bat pour sauver l’art et l’héritage culturel. Les récits sont portés par l’érudition de l’auteur et la beauté des mots. Un roman à la fois dur, cruel, sombre, triste et poétique. Un bijoux.

Elle court, elle court, la maladie d’amour…

883533 Les quatre saisons de l’été   Grégoire Delacourt
JC Lattès  2015  ❤️❤️❤️❤️♥︎

Un petit bijou facile à lire, merveille d’émotion, de délicatesse. Chaque phrase est poétique, touchante.

L’auteur nous propose un discours sur le sentiment amoureux à 4 âges de la vie. Les personnages, vont se croiser, se frôler. Quatre histoires aux noms de fleurs, une station balnéaire, et une chanson de Cabrel comme fil rouge de cet été 1999.

Ce petit livre aborde une multitude de facettes de la relation amoureuse : un premier amour idéalisé, un abandon insurmontable, la réinvention d’un amour ou la fin d’un autre.

 

Déroutée par Golem

GolemGolem  Pierre Assouline                                  Gallimard 2016 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Ce livre est comme une pelote de laine emmêlée. A chaque fois que j’ai tiré un fil, je n’ai pas eu le temps de le démêler que déjà il fallait en tirer un autre. Les sujets sont trop nombreux, et les univers trop éloignés.
Pierre Assouline nous propose sous la forme d’un thriller (qui devient vite anecdotique) une réflexion sur la mémoire. Celle du peuple juif et celle (artificielle) ajoutée à l’homme.
Il reste que l’écriture et certaines scènes sont belles, que j’ai découvert le mythe juif du Golem : un être artificiel humanoïde fait d’argile, incapable de parole et dépourvu de libre-arbitre, façonné afin d’assister et défendre son créateur.
J’ai aussi mieux compris l’importance de la mémoire pour le peuple juif grâce à l’errance en Europe Centrale de Gustave Meyer. Ce joueur d’échecs juif épileptique a été   « golemisé » à son insu par un neuro chirurgien adepte du transhumanisme.

« Survient le jour où il faut cesser de traîner tout un cimetière derrière soi, mettre à distance sa propre forêt de pierres, comprendre les sacrifices tout en refusant d’être tué par ses morts, se débarrasser de ses démons et revenir du côté des vivants.
Il allait vivre.
Mon Dieu, un peu de légèreté enfin. Il n’aspirait à rien d’autre dans sa chute hors du temps. »

Acide cathodique

NOTHOMB_JAQU_001.5E0DQG.S.pdf

Acide Sulfurique Amélie Nothomb 
Albin Michel 2005 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Après être totalement passée à côté de Métaphysique des tubes, je n’avais aucune envie de relire cet auteur mais sur des conseils insistants j’ai plongé dans Acide sulfurique.
Une fable courte et intense. Sur le modèle d’un camps de concentration, une téléréalité rafle des individus, les martyrise et propose même aux téléspectateurs de voter pour éliminer physiquement les internés.
Un personnage parfait représente le bien : Pannonique ; belle, intelligente, généreuse et humble.
Un autre représente le tortionnaire : Zedna la kapo. Elle est limitée intellectuellement, attirée par la médiatisation, forte de son pouvoir et n’a aucun problème à user de la violence. Mais face à la divine Pannonique, elle se laisse submergée par la haine et la passion.
Amélie Nothomb dénonce la dictature de la téléréalité qui transforme des téléspectateurs en voyeurs horrifiés, protégés de la culpabilité par l’écran de TV. Les autorités, curieusement ne réagissent pas non plus.
Ce qui m’a le plus intéressé est la façon dont le personnage central lutte contre la déshumanisation dans le camps. En utilisant le vouvoiement. En refusant de révéler à Zedna une des rares choses qui lui appartienne encore: son prénom. En gardant sa dignité et en la communiquant aux autres. En influençant sa tortionnaire.

Cette vision sombre et caricaturale d’une société fictive m’a fait pensé à celle de George Orwell.

Du rire aux larmes

en_attendant_bojanglesEn attenant Bojangles   Olivier Bourdeaut
Finitude 2015 ❤️❤️❤️❤️❤️

Attention Mesdames et Messieurs préparez vous à un grand 8 émotionnel ! Un roman extravagant, pétillant, léger, drôle, touchant, élégant, poétique et bouleversant.
Un Amour Fou, raconté via les carnets d’un père et le témoignage candide d’un fils. Une famille excentrique décide de vivre une vie de plaisirs, de fêtes et de poésie pour chasser l’ennuie du quotidien.
Mais jusqu’où peut-on ignorer ou nier la réalité ?
Olivier Bourdeaut sait à chaque page surprendre le lecteur avec une expression, une situation ou un dialogue inattendu.
Et pour couronner le tout on y retrouve avec délice la fantaisie de « l’écume des jours » et l’élégance triste de « Gatsby le magnifique ».
A consommer sans modération et à mettre entre toutes les mains.

Le titre de ce roman est aussi celui d’une chanson de Nina Simone sur laquelle le couple danse sans fin. Titre qu’Olivier Bourdeaut écoutait en boucle en écrivant.

Hommage tribal

cbLa cache Christophe Boltanski
2015 Stock ❤️❤️❤️❤️♥︎

Plongez avec Christophe Boltanski dans son repère familial de la rue de Grenelle, vous ne serez pas déçus ! Une galerie d’intellectuels loufoques et névrosés mais tellement sympathiques. Ce premier roman (prix Fémina 2015) nous compte l’histoire ou plutôt la légende des Boltanski.

Tout d’abord Mère-Grand, comme elle aime se faire appeler, est la figure centrale (un régal pour psychanalyste). Totalement fantasque, atteinte de la polio, elle refuse toute aide qui la cataloguerait comme handicapée. Elle ne se laisse jamais aller. Écrivain engagée, communiste et voyageuse, change souvent de nom selon ses activités. Toute la tribu dort et pique-nique au pied de son lit. Le Grand-père plus effacé, brillant médecin à l’écoute des patients mais qui ne supporte pas la vue du sang. Puis les enfants, éduqués par des répétiteurs, qui développent une créativité et une vie intérieure très riches. Enfin les petits enfants et surtout Christophe, l’auteur. La lignée paternelle est russe et juive. La maison, la voiture et surtout la famille sont les remparts contre le monde extérieur. Le récit mélange toutes les époques sur 4 générations avec en point d’orgue les 2 guerres mondiales.

J’ai dévoré ce livre en un week-end. Quel héritage ! Le travail de Christian Boltanski (oncle de l’auteur) s’inscrit bien dans cette lignée.

 

Lumineux

9782757834350Rêves oubliés Léonor de Récondo
Sabine Wespieser 2012  ❤️❤️❤️❤️♥︎

Léonor de Récondo nous fait partager l’intimité d’une famille de réfugiés espagnols. En 1936, la guerre civile les pousse à l’exil, seul moyen de rester en vie. Le récit est ponctué par les pensées intimes du journal d’Anna, femme et mère. Une histoire tendre, pleine de sentiments délicats, pudique et poétique. Comme un talisman ou une formule magique, leur amour les aide à affronter la seconde guerre mondiale, la pauvreté et surtout l’exil.

« Je ressens une blessure vive, une blessure de chair indescriptible, l’amour d’une terre, de ses odeurs, de ses rires, de sa langue que je perds irrémédiablement. J’y laisse mon insouciance, une légèreté de l’âme qui depuis trois ans s’est plombée de silence et de faux espoirs….Nous avons réussi à sauvegarder l’essentiel: l’amour et la confiance qui nous lient les uns aux autres. »

Un polar au far-west

little bird_Little Bird Craig Johnson  Gallmeister  2009 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Fan de romans « Far-West » surtout sur les Américains natifs, j’ai bien aimé ce polar. Des personnages attachants et fins, de la sensibilité et beaucoup d’humour. Des lieux qui font rêver : les Big Horn Mountains. Le bémol : c’est lent, lent et la multitude de personnages fait perdre le fil du récit. Bon, la fin est vraiment bien.

En attendant le Drame

Le livre des Baltimore Joël Dicker
ed. de Fallois 2015 ❤️❤️❤️♥︎♥︎ 

Lecture facile pour ce « page-turner » qui met en scène une famille américaine. Un panel  complet de la société actuelle: avocat, médecin, entrepreneur, financier, étudiants, plus un écrivain, une musicienne et un sportif célèbre.

Comme dans ses précédents romans, le personnage de l’écrivain est mis en abyme. J’ai beaucoup aimé les protagonistes de cette saga, surtout quand ils sont enfants, chacun ayant une personnalité différente. Les liens familiaux et amicaux sont beaux, forts et originaux. L’amitié entre trois enfants si différents et si complémentaires fait rêver. Le récit des relations amoureuses des personnages est moins convainquant…

Mais comme les changements spatio-temporels sont fatigants ! Trop fréquents, mal articulés, ils rendent la lecture moins fluide. Le rappel pendant presque 500 pages que le Drame va arriver est pesant voir irritant. Surtout que le récit aurait gagné à être plus concis. Et quand le Drame survient, il est peu crédible. Dommage car quand Marcus (l’écrivain) réexamine toute l’histoire à la lueur des nouveaux témoignages et des révélations de ses proches, il s’aperçoit que les apparences sont souvent trompeuses et la jalousie mauvaise conseillère. L’idée était très intéressante mais les ficelles trop grosses.