Hallucinant retour aux racines

JCAvant que naisse la forêt  Jérôme Chantreau
édit. Les Escales 2016  ❤️❤️❤️❤️♥︎

La forêt : refuge ou piège ? C’est la question que l’on se pose très vite en se plongeant dans ce roman. Quand Albert reste seul dans le fief familial pour préparer l’enterrement de sa mère, le temps s’arrête au coeur de la forêt. Attention à ne pas se laisser prendre comme d’autres avant lui. J’étais partagée entre le : « vas au bout ou attention-stop! »

Le malaise s’installe pour le lecteur, la maison renvoie l’écho des bruits des jours anciens, hallucination ?

Jérôme Chantreau réussit à évoquer  les sensations, les sentiments que ressent le narrateur au fil des pages. Pages nécessaires pour comprendre le processus de transformation de cet homme.

La langue, le vocabulaire, les sonorités sont magnifiques : « Dans le ciel, au-dessus du cèdre, la buse dessinait des cercles translucides. » Ce livre est un cri d’amour à la nature sauvage, les pages sur les souvenirs d’enfance-ado ont aussi un charme particulier. Un livre envoutant, à la limite du surnaturel, je vais guetter le suivant.

 

L’envers du miroir

_Les Cygnes de la Cinquième Avenue   Melanie Benjamin  Albin Michel 2017 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Un joli titre, une belle photo de couverture, un sujet original. Bref un livre tentant sur la table du libraire.

Avec Melanie Benjamin nous pénétrons le sérail des femmes riches et puissantes du New York des années 50. Des portraits touchants de femmes magnifiques. « Babe » Paley est l’une de ces Cygnes (photo de couverture) Elle fera tomber son masque uniquement face à son grand amour-ami Truman Capote. L’extravagant écrivain, homme blessé  joue son rôle de bouffon, toujours en quête d’amour et de reconnaissance.  Dernière les apparences, les personnages souffrent en silence. Quelle tristesse… L’histoire et les descriptions de ce microcosme sont passionnantes. Mais quelques longueurs tout de même. L’exercice qui consiste à mêler la vie réelle de personnages publics à des scènes de roman me gène un peu. Un livre intéressant, de très beaux portraits tout en nuances, sans tomber dans le piège de la caricature.

swanscollage

 

Une petite pépite lumineuse

Jolie-LibraireJolie libraire dans la lumière Frank Andriat
Ed. Desclée de Brouwer 2015 ❤️❤️❤️❤️                  Une jolie histoire d’à peine 150 pages qui se lit d’une traite. Comme fil conducteur la lumière. Elle vient enluminer ce récit et notre belle libraire.
Un éloge des livres mais aussi du rêve, des sensations, des perceptions. Des pages qui parleront aux lecteurs (trices) compulsifs !
Une intrigue vite résolue et un style un peu trop classique mais un livre facile, sensible et délicat et des personnages très attachants. Quel bonheur, ces auteurs qui aiment leurs personnages !

« Pendant que tu penses aux ombres de ton existence, tu ne t’émerveilles pas du soleil qui se lève chaque matin »

Lennon sur un divan

foenkinos-lennon-Lennon     David Foenkinos 
Ed. Plon 2010 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Lors d’une rencontre littéraire, David Foenkinos m’a donné très envie de lire son Lennon.
Quel curiosité ! 18 séances de psychanalyse du mythique John Lennon imaginées par l’auteur.
Une façon rapide, facile et originale de rentrer dans l’intimité des Beatles et dans la vie extravagante et mouvementée de cette star planétaire. Son enfance, ses fêlures, ses violences, ses excès, ses engagements,son amour.
Petit bémol toujours avec cet auteur qui manque à mon goût de style. Il écrit un peu comme il parle…

Enfin un livre qui fait du bien !

FLAGG_Paradis_CV_BAT.inddNous irons tous au paradis  Fannie Flagg 
Ed. du Cherche Midi 2016 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

L’histoire n’est pas très originale et les scènes un peu trop prévisibles. Mais le tout est rafraîchissant et l’écriture fluide.
Les pages drôles ou tendres alternent. C’est aussi une jolie réflexion sur la mort, la vieillesse, les liens familiaux et amicaux. L’auteur aime ses personnages originaux avec leurs défauts et leurs qualités.
Elner passe pour une gentille vieille toquée car elle agit selon son cœur qui est très grand. Cette histoire de vieille dame naturellement bienfaisante et aimante avec toutes les créatures qui croisent son chemin fait un bien fou !

« C’est si drôle de penser que, des années durant, on s’efforce de trouver un sens à la vie, alors qu’il s’agit simplement de l’apprécier. »

« La vie est ce qu’on en fait, relevez le défi, ça vaut le coup d’essayer »

Epopée guerrière

112661012Ecoutez nos défaites Laurent Gaudé
Actes Sud 2016❤️❤️❤️❤️❤️

Quand j’ouvre un livre de Laurent Gaudé, j’ai toujours en mémoire « la mort du roi Tsongor » découvert par hasard sur le bureau de collégienne de ma fille. Un grand moment de lecture.
Écoutez nos défaites est de la même veine…Épique.
Laurent Gaudé nous transporte dans le fracas des guerres, à travers le monde et le temps, pour servir son propos. La violence de la guerre n’engendre que des vaincus même quand la cause est noble.
Quatre histoires s’entremêlent au fil des pages (pas toujours évident de suivre).
Quatre hommes : un agent des services secrets français désabusé, le général Grant, Hailé Sélassié et Hannibal. Et puis une femme qui se bat pour sauver l’art et l’héritage culturel. Les récits sont portés par l’érudition de l’auteur et la beauté des mots. Un roman à la fois dur, cruel, sombre, triste et poétique. Un bijoux.

Elle court, elle court, la maladie d’amour…

883533 Les quatre saisons de l’été   Grégoire Delacourt
JC Lattès  2015  ❤️❤️❤️❤️♥︎

Un petit bijou facile à lire, merveille d’émotion, de délicatesse. Chaque phrase est poétique, touchante.

L’auteur nous propose un discours sur le sentiment amoureux à 4 âges de la vie. Les personnages, vont se croiser, se frôler. Quatre histoires aux noms de fleurs, une station balnéaire, et une chanson de Cabrel comme fil rouge de cet été 1999.

Ce petit livre aborde une multitude de facettes de la relation amoureuse : un premier amour idéalisé, un abandon insurmontable, la réinvention d’un amour ou la fin d’un autre.

 

Déroutée par Golem

GolemGolem  Pierre Assouline                                  Gallimard 2016 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Ce livre est comme une pelote de laine emmêlée. A chaque fois que j’ai tiré un fil, je n’ai pas eu le temps de le démêler que déjà il fallait en tirer un autre. Les sujets sont trop nombreux, et les univers trop éloignés.
Pierre Assouline nous propose sous la forme d’un thriller (qui devient vite anecdotique) une réflexion sur la mémoire. Celle du peuple juif et celle (artificielle) ajoutée à l’homme.
Il reste que l’écriture et certaines scènes sont belles, que j’ai découvert le mythe juif du Golem : un être artificiel humanoïde fait d’argile, incapable de parole et dépourvu de libre-arbitre, façonné afin d’assister et défendre son créateur.
J’ai aussi mieux compris l’importance de la mémoire pour le peuple juif grâce à l’errance en Europe Centrale de Gustave Meyer. Ce joueur d’échecs juif épileptique a été   « golemisé » à son insu par un neuro chirurgien adepte du transhumanisme.

« Survient le jour où il faut cesser de traîner tout un cimetière derrière soi, mettre à distance sa propre forêt de pierres, comprendre les sacrifices tout en refusant d’être tué par ses morts, se débarrasser de ses démons et revenir du côté des vivants.
Il allait vivre.
Mon Dieu, un peu de légèreté enfin. Il n’aspirait à rien d’autre dans sa chute hors du temps. »

Acide cathodique

NOTHOMB_JAQU_001.5E0DQG.S.pdf

Acide Sulfurique Amélie Nothomb 
Albin Michel 2005 ❤️❤️❤️♥︎♥︎

Après être totalement passée à côté de Métaphysique des tubes, je n’avais aucune envie de relire cet auteur mais sur des conseils insistants j’ai plongé dans Acide sulfurique.
Une fable courte et intense. Sur le modèle d’un camps de concentration, une téléréalité rafle des individus, les martyrise et propose même aux téléspectateurs de voter pour éliminer physiquement les internés.
Un personnage parfait représente le bien : Pannonique ; belle, intelligente, généreuse et humble.
Un autre représente le tortionnaire : Zedna la kapo. Elle est limitée intellectuellement, attirée par la médiatisation, forte de son pouvoir et n’a aucun problème à user de la violence. Mais face à la divine Pannonique, elle se laisse submergée par la haine et la passion.
Amélie Nothomb dénonce la dictature de la téléréalité qui transforme des téléspectateurs en voyeurs horrifiés, protégés de la culpabilité par l’écran de TV. Les autorités, curieusement ne réagissent pas non plus.
Ce qui m’a le plus intéressé est la façon dont le personnage central lutte contre la déshumanisation dans le camps. En utilisant le vouvoiement. En refusant de révéler à Zedna une des rares choses qui lui appartienne encore: son prénom. En gardant sa dignité et en la communiquant aux autres. En influençant sa tortionnaire.

Cette vision sombre et caricaturale d’une société fictive m’a fait pensé à celle de George Orwell.

Du rire aux larmes

en_attendant_bojanglesEn attenant Bojangles   Olivier Bourdeaut
Finitude 2015 ❤️❤️❤️❤️❤️

Attention Mesdames et Messieurs préparez vous à un grand 8 émotionnel ! Un roman extravagant, pétillant, léger, drôle, touchant, élégant, poétique et bouleversant.
Un Amour Fou, raconté via les carnets d’un père et le témoignage candide d’un fils. Une famille excentrique décide de vivre une vie de plaisirs, de fêtes et de poésie pour chasser l’ennuie du quotidien.
Mais jusqu’où peut-on ignorer ou nier la réalité ?
Olivier Bourdeaut sait à chaque page surprendre le lecteur avec une expression, une situation ou un dialogue inattendu.
Et pour couronner le tout on y retrouve avec délice la fantaisie de « l’écume des jours » et l’élégance triste de « Gatsby le magnifique ».
A consommer sans modération et à mettre entre toutes les mains.

Le titre de ce roman est aussi celui d’une chanson de Nina Simone sur laquelle le couple danse sans fin. Titre qu’Olivier Bourdeaut écoutait en boucle en écrivant.