Mal-être autocentré

 

AE_

 

 

Mémoire de fille  Annie Ernaux     
Gallimard 2016 ❤️♥︎♥︎♥︎♥︎

Annie Ernaux revient sur une période de sa vie fondatrice et traumatisante. Elle nous fait  part de sa difficulté à l’analyser, à y mettre des mots. Souvent approchée et envisagée, elle n’avait pas jusqu’alors réussit à en faire une oeuvre littéraire. Elle y réussit en se dissociant. Elle utilise le « je » pour la femme qu’elle est devenue et le « elle » pour l’Annie D. de 1958.

La découverte brutale du désir et d’un monde cruel et libéré lui fait perdre son identité et son innocence. Elle ne se remet pas du traumatisme de sa première relation sexuelle. S’ensuivent 4 années de désordres: sentimentaux, alimentaires, relationnels et physiques. Elle se sent en inadéquation totale partout où elle se trouve.

L’auteur se livre à une analyse détaillée d’elle-même qui je l’espère lui aura fait du bien! Pour moi cette lecture est synonyme de malaise. Peu d’indulgence et de sentiments, une analyse cérébrale froide et totalement autocentrée, déprimante. Pour finir sur une note positive, son écriture précise est belle et sa perception de la société d’avant 1968 intéressante.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *